Faits divers


1 Un bien méchant virus: L’influenza, cuvée 2012-2013. Nous y avons trinqué pour le jour de l’an. Nous voici tous les trois avec nos pompons et notre champagne…

IMG_2115
Écrasés sur maman pendant 3 jours
IMG_2121
Deux bébés malades, c’est beaucoup de bébés!
Dieu merci pour le portage: les bébés n'ont pas voulu être déposés pour 3 jours!
Dieu merci pour le portage: les bébés n’ont pas voulu être déposés pour 3 jours!

2 Deux manifestations de mécontentement: Le mouvement Idle No More et les moyens de pression exercés par les professeurs ontariens. Qu’est-ce que j’en pense vous vous demandez? L’ennemi de la démocratie, ce n’est pas Dalton MacGuinty (Premier Ministre de l’Ontario) ou Stephen Harper (Premier Ministre de Canada). L’ennemi de la démocratie, c’est l’apathie. Je suis donc contente de voir les gens se sortir de leur torpeur et se soulever pour tenir tête au gouvernement. J’ai une opinion nuancée sur les revendications autochtones du Canada et une piètre opinion de la Chef Theresa Spence, dont la grève de la faim est d’une cruelle ironie lorsqu’on apprend que le taux de suicide chez les jeunes autochtones est 6 fois plus élevé que chez les non-autochtones. Je ne suis pas assez éduquée pour vous offrir une solution sur les “affaires indiennes” mais je ne suis pas certaine que se laisser mourir de faim avec grande fanfare est le meilleur moyen d’inspirer une génération qui est déjà désespérée. Les professeurs ontariens ne sont pas contents non plus, ayant été allégés de leur droit de grève le temps que le gouvernement leur impose un contrat qu’il n’arrivait pas à faire passer par la négociation. Certaines écoles sont fermées aujourd’hui et j’ai vu plusieurs grand-parents prenant un petit café avec leurs petits-enfants au hasard de mes promenades. Ça m’a fait sourire.

3 Trois outils pour vous aider à garder vos bonnes résolutions. L’application MyFitnessPal vous permet de garder un “journal alimentaire”, un peu comme Weight Watchers mais gratuit! Je ne documente pas chaque bouchée à long terme mais une ou deux fois par année je garde un journal alimentaire afin d’avoir un point de référence. À chaque fois, je réalise que je mange (1) beaucoup trop, et (2) pas aussi bien que je ne le pensais. L’application RunKeeper est une excellente manière de suivre la progression de votre entraînement. Je l’utilise depuis 1 an. Et finalement, si vous ne voulez pas payer pour les meetings Weight Watchers, rien ne vous empêche de tirer avantage des média sociaux comme Facebook. Si vous n’êtes pas du genre à partager vos exploits de par le monde, vous pouvez vous créer un groupe privé ou secret (qui n’apparaîtra pas sur votre ligne de temps) avec des copines et vous en servir pour partager vos conquêtes, vos défaites et vos défis. C’est beaucoup plus amusant en groupe! Voici mon défi: le bol sans fond d’amandes au chocolat et son partenaire, le bol sans fond de Jelly Belly que mon excellent patron met à notre disposition. J’ai pris 17 livres cet automne (oui!), 15 venaient du bol d’amandes, j’en suis persuadée! IMG_2183

Berger allemand mangeur d'homme
Berger allemand mangeur d’homme

4 Quatre pattes, ça aide les grandes filles avec leur devoirs… Et ça aide à nettoyer le plancher après une “recette”…

Berger Allemand mangeur de Corn Bran
Berger allemand mangeur de Corn Bran

5 Cinq doigts bien haut pour le groupe de portage d’Ottawa et la boutique The Extraordinary Baby Shoppe, qui m’ont aidé à acheter et embellir ces deux porte-bébés pour mon amie Johanne et sa famille.

Deux Manduca pour deux bébés bien spéciaux...
Deux Manduca pour deux bébés bien spéciaux…

December Mixed Nuts


It’s been one nutty month! January is coming and we will be making some important changes to our family routine to make it more manageable. Or, more accurately, to make it more manageable by happy, competent parents. Right now we are grouchy, unhealthy, harried and exhausted parents.

(1) One thing we are doing well by necessity is Advent. No, we haven’t figured out the Jesse Tree or even the Advent calendar. We don’t even have an Advent wreath this year! The twins are 15 months and I am more tired and overwhelmed on a year of sleep deprivation than I was after 3 months (fancy that!). What we have achieved through being too busy to worry is a very simple lead-up to Christmas. “What?” you ask, “Why a simple lead-up to Christmas?” Well, because we are Catholics and this is how it was meant to be. Here is a catchy little video that explains what Advent is about. My favorite part? “If you are sick of Christmas by December 25th, you didn’t do Advent correctly!” We must have done something right then!

(2) Two Christmas dance open house(s)…. My oldest daughter started teaching Irish dancing this year and I wasn’t able to attend her first open house as a teacher but I did attend her dance class. I don’t have digital pictures of her first Christmas open house, 10 years ago or I would post a “This was then, this is now” I am so, so proud of my children. No words can describe this feeling. Here’s a little reel for the season (or a hornpipe? I feel like I should know…)

http://youtu.be/5SHE7JfcapU

(3) Three … O Christmas Tree. My son told me this joke and because I’m a French speaker, it took me a while to “get” it: Why couldn’t the French man count to 10?” – “Because there’s a ‘tree’ in the way”… Ok, ok. We took an afternoon to go to our country acreage and chop down a piece of evergreen. The tree is too floppy to carry light garlands but it is unique. It’s ours.

First snowfall. Time to get a tree!
First snowfall. Time to get a tree!
On our way to find a tree
On our way to find a tree
This is part of the bluff where our house will be built.
This is part of the bluff where our house will be built.
Success!!
Success!!
Having fun in the sleigh
Having fun in the sleigh
Coming home!
Coming home
Eve is helping
Eve is helping

(4) Four days of intense batch cooking. I subscribed to Once a Month Mom, a meal planning tool that takes the thinking out of batch/freezer cooking. The “Once a Month” is for a “normal” family of four. For a family of 10, it’s an exhausting 4 day kitchen marathon. It would have been worth it except that our oven is broken and our landlord unresponsive. My freezers are full, FULL, and I’m still making supper from scratch almost every day. But the recipes from the Whole Food menu are delicious. I plan to write a full review post soon. In the mean time, here are my two middle daughters making tortillas from scratch. Adjusted for a family of 10, it starts with “Pour 27 cups of flour into a large bowl.”

Making tortilla from scratch with a big bowl!
Making tortilla from scratch with a big bowl!

(5) Five older children got a special treat this season. The Parliamentary Dining Room is a fine restaurant located on the 6th floor of the Centre Block of Parliament. It is accessible to Members of Parliament, Senators, and selected members of the Parliamentary Press Gallery. Once a year, it opens its doors to Parliament staff and their guests. This is the second time that my husband and I treat our older children to the Christmas buffet at the Parliamentary Dining Room. We leave the littles with my mother and we have some good civilized fun with our table-mannered children.

Some fine looking young people
Some fine looking young people
"So then I told Transport Canada 'Why don't we regulate more stringent car seat guidelines every year. It will prevent people from passing them on and recycling them' Our bottom line could use a boost... Get it? A boost!"
“So then I told Transport Canada ‘Why don’t we regulate more stringent car seat guidelines every year. It will prevent people from passing them on and recycling them’ Our bottom line could use a boost… Get it? A boost!”
Cheers!
Cheers!
Ladies
Ladies
Drama in the vintage wood-paneled elevator
Drama in the vintage wood-paneled elevator
The Rotunda in Centre Block: All decked-out!
The Rotunda in Centre Block: All decked-out!

DSC_0079

So That’s what we did this Advent season. What about you?

Beauty and the gargoyles
Beauty and the gargoyles

Twins Birth Story: Quick, normal, natural and uneventful.


I recently met several mothers expecting twins and I decided to post my birth story along with my Birthday Flikr photostream. The Internet is full of stories of how wrong things can get, I thought I would share my very boring story of a healthy full-term, hospital, natural, twin delivery. It’s not a beautiful home water birth or a terrifying train wreck. It happened in the operating room of a tertiary care centre in Ottawa, ON. All photo creds go to my oldest daughter Clara, minus one or two pictures taken by Dr. Doug Black, attending OB-Gyn extraordinaire.

Clara, taking a selfie. Aren’t we having fun?
The cast of characters: my doctor, his most amazing and highly competent resident and my nurse Sue.

First, some stats. My twins were di-zygotic, conceived from two fertilized eggs. Growing in-utero, they had two of everything: two amniotic bags, two placentas. We learned that we were expecting twins at 15 weeks of gestation. The girl was on the left, the boy as on the right and presenting first. They stayed like that until the end. Continue reading “Twins Birth Story: Quick, normal, natural and uneventful.”

A babywearing picture album


This post is a babywearing picture album with captions for those wondering about the different kinds of baby carriers.

I am not an expert, just a mom with opinions. I do not sell or advertise carriers but I use them a lot. When the twins were born, I started using the double stroller everywhere. It served it’s purpose. But as they grew  the bulk of the stroller became unnecessary. I decided to ditch the double stroller in favour of a single lightweight stroller and more babywearing (the verb used to refer to parents who prefer “wearing” their babies on their bodies for transport and comfort rather than use devices such as swings and strollers).

In one of my Facebook groups, a mom was asking about the difference between different kinds of soft-structured carriers. This is a picture album with captions resuming the main differences.

You will notice that I only use ergonomic soft carriers and woven wraps.Ergonomic carriers  hold baby in a seated position as opposed to the popular Baby Bjorn or Snugli where baby is held dangling by the crotch. People often ask “What is the best carrier?” and the answer is unfailingly “It depends.” The best carrier is the one that fits the best . The best fit is influenced by mom and baby’s body type, age, weight and life experience (yes, life experience. Such as a back injury or abdominal surgery.)

Read on!

Coup de coeur: Rivière-du-Loup, Québec


Vous vous demandez peut-être pourquoi je n’ai rien publié depuis quelques semaines. J’ai en fait écrit ce post trois fois : l’ordinateur a mangé les deux premières versions. Mise-à-jour : Et j’ai trébuché sur mon fil et perdu la troisième version.

Donc… Pour la troisième quatrième et dernière fois…

En  route pour l’Ile-du-Prince-Édouard, nous nous sommes arrêtés pour deux nuits à Rivière-du-Loup avant d’entamer la traversée du Nouveau-Brunswick. J’y ai découvert une ville à l’échelle humaine avec une vue imprenable sur le fleuve. Malgré sa situation incomparable, Rivière-du-Loup n’est pas une ville ravagée par le tourisme. Les opérateurs de l’industrie récréo-touristique sont sympathiques, dédiés à leur région et déterminés à laisser une bonne impression.

Lorsque nous avons fait nos réservations au printemps dernier, le Village Vacances Valcartier (région de Québec) nous a surchargé pour chaque enfant excédant le maximum de corps humains permis sur un terrain. Dans notre cas le prix par nuit a presque doublé. $95 par nuit, c’est beaucoup moins cher que l’hôtel mais quand même! Nous leur avons expliqué que nous n’étions pas un groupe ou un camp de vacances ou une gang de voisins qui arrivaient pour le party. Nous sommes une famille avec 2 adultes et 8 enfants qui sont tous les nôtres. Rien n’y a fait. C’est le contre-poids d’une grosse boîte corporative: l’infrastructure y est bien meilleure mais la touche humaine y est manquante.

À Rivière-du-Loup, le Camping du Quai nous a accueilli à bras ouverts et avec flexibilité. Nous avons payé le prix du site, sans surcharge malgré le nombre d’occupants. Comme l’a fait remarquer Michelle, propriétaire du camping : « Les enfants apprennent beaucoup en voyageant. Il ne faudrait pas les pénaliser parcequ’ils font partie d’une grande famille. »

Nous avons utilisé notre journée à Rivière-du-Loup pour partir en bateau voir les baleines du St-Laurent. L’opérateur des expéditions sur le St-Laurent nous a fait un prix de famille qui nous a permis de faire l’expédition, le prix tel qu’affiché aurait été prohibitif, nous sommes 10 après tout! Les enfants ont passé une demi-journée splendide, calme et ensoleillée, à regarder une maman rorqual et son petit leur faire tout un spectacle. Nous avons rencontré un couple de Rimouski qui tient un gîte sur la ferme et promis aux enfants  de faire une tournée de la péninsule gaspésienne un jour. Grâce à nos porte-bébé, Sarah est restée au milieu de l’action sur le dos de papa tout en restant bien en sécurité. J’ai porté les jumeaux, un sur le devant et un sur le dos, pendant toute la tournée. Eux bien emmitouflés dans leur veste de polar, moi bien isolée par mes deux petites bouillottes : j’étais la seule sur le bateau en t-shirt!

Puisque notre escale à Rivière-du-Loup n’était qu’une étape sur la route de l’ Île-du-Prince-Édouard, nous n’avions pas planifié de sorties autre que notre virée sur le St-Laurent. Lors de notre prochain séjour, nous allons prendre le temps de faire une randonnée à l’Isle-Verte  et visiter le parc marin du St-Laurent .

Au retour de l’Île, nous avons à nouveau fait escale à Rivière-du-Loup. Puisque nous voulions repartir aux petites heures le lendemain matin, nous avions décidé de laisser la roulotte attachée à la van.  Après avoir cherché en vain un resto de type Big-Box avec un stationnement assez grand pour accommoder notre équipage, j’ai suggéré à mon mari d’aller fouiner du côté du quai de Rivière-du-Loup. Récemment réaménagé grâce à un investissement important du gouvernement du Québec, le quai nous a permis de nous arrêter pour manger et repartir sans le stress de devoir manier notre roulotte dans les petites rue sinueuses. Nous y avons fait la découverte du tout petit restaurant  « Le Boucaneux » que nous recommandons chaudement. Heureusement, nous y sommes arrivés vers 16 :45 et avons pu avoir une table pour 10 : toutes les tables étaient déjà réservées pour la soirée. Un mardi soir. À Rivière-du-Loup. Ils n’ont pas de chaises-hautes ou de menu pour enfants, soyez préparés. Mais le repas a bien valu la peine de sortir les chaises hautes de la roulotte!!

Au revoir Rivière-du-Loup! Et à bientôt!

Tout a commencé avec un biscuit


For my English readers: this post is about how differences in temperaments and personalities are obvious at a very young age. Yet, most baby books gloss over this when they offer solutions to common struggles of infancy.

S’il y a une chose qui m’embête avec les livres destinés aux parents de bébés, c’est la tendance à assigner aux bébés un tempérament universel. C’est pourtant étonnant venant d’adultes qui se décriraient comme ayant un tempérament unique et particulier, né à la fois de leur bagage génétique et de leur expérience vécue. Un amalgame de neurones, d’hormones et de circonstances qu’il est presque impossible à décrire. Et pourtant, il suffit de lire quelques ouvrages sur le comportement des bébés pour que tout d’un coup, les petits humains deviennent une espèce unique. Les bébés qui ne dorment pas “préfèrent jouer” ou encore “manipulent”, pour certains ils ont “des mauvaises habitudes”, pour d’autres ils “manquent d’autonomie”. À chaque auteur sa théorie mais de manière générale, une fois la théorie adoptée, peu en démordent.

Tout cela est bien ridicule. Les petits humains naissent avec autant de variation de personnalités et de tempérament que leur version mature. Il suffit d’avoir une paire de jumeaux pour vraiment s’en rendre compte. Voici une petite expérience en photo pour mieux l’illustrer:

1. Prenez deux jumeaux. Appelons-les Princesse impériale et Fils à Maman. Mettez-les jumeaux en question dans leur chaise haute.

2. Donnez-leur un biscuit. Pour que l’expérience adhère aux plus rigoureux standards académiques, il est important de leur donner le même biscuit au même moment. (en plus, c’est plus simple).

3. Mettez votre chronomètre à zéro.

4. Tournez le dos pour 30 secondes et retournez voir les jumeaux. Voici ce que vous trouverez: Fils à Maman grignote prudemment son biscuit. Princesse Impériale a déjà terminé son biscuit et passe immédiatement à la prochaine étape: la mort de faim.

Fils à Maman
Princesse Impériale

5. Elle attaque un morceau de melon sans autre forme de procès (et sans se poser quelques questions évidentes comme “C’est lequel le côté comestible?” Le même sors attend la patate douce.

Fils à Maman pour sa part, continue de grignoter son biscuit prudemment (et proprement). Les bébés, tout comme leur version mature, ont un tempérament bien à eux. Il suffit d’avoir une paire de jumeaux pour le voir avec une appréciation renouvelée.

Ben quoi?

My husband is a rock star


Not a real rock star, of course. But he rocks more than the other husbands and that makes him a rock star. Photo credit to my two oldest (and apparently talented) children, who are not supposed to touch the D90 under pain of death. You are so busted.

12-ish years ago, we bought a canoe at Canadian Tire. We used it a couple of times to go camping. In fact, my last memory of using the canoe was at Silver Lake. I peed on a stick that morning and found out we were expecting Marie. My last memory of the canoe is therefore tinged with morning sickness. With 4 then 5 children, activities like camping took a sabbatical and the canoe sat — or rather lied — unused in three consecutive backyards. Until now.

The pond
Tall grass

When the children saw the pond behind our rental house they immediately thought of great canoeing adventures. When their dad asked where he should set-up the trampoline in the backyard, David’s answer was immediate:

On the island! This way it will be double the fun!

Trampo-freaks entertaining the neighbourhood
Trampoline Island

(it has not occurred to my little country bumpkin that the patch of grass behind our patio door is our only backyard. The pond belongs to the Crown according to the developer and the developer according to the City.)

Cloudscape
Plane

Last weekend, my husband took the children for a turn in the canoe. The pond is a rainwater catchment area landscaped to serve as a recreational path and  bird sanctuary. The children returned from their expedition with tales of seeing Aaron-the-Heron (and his partner-in-majestic-flight Erin-the-Heron) up real close and meeting a little water mammal in the cracks of the man-made retaining wall. My husband was proud to be fit enough to portage his vehicle to and from the pond. I never had any doubts.

Our teenage daughter and son ran around the pond taking pictures of the expedition laughing as they heard kids yelling from their backyards: “They have a CANOE!!” Meanwhile I could just imagine the exasperated look on their parents’ faces. “Two years doing just fine telling the kids we weren’t allowed on the pond, and they move with their 8 kids and A CANOE… There goes the neighbourhood!”

Since September we have not taken nearly enough time to pause and spend time doing something cool with the children. This little expedition around our suburban paradise reminded me just how simple building memories can be. In a large family, all too often the heroism is not in the endless march of chores but in being able to stop long enough to do something else.