Parenting Quotes I’m Eating Back Today


I once read a quote. It went a little like this: “at the beginning of my career I had no kids and 12 principles; today I have 12 kids and no principle.” I was blessed with 4 relatively compliant children before I gave birth to 4 more. When I was having children in my 20s, I believed – clears throat with embarrassment — that my success in raising easygoing children was no-doubt related to my stellar parenting skills. What I lacked in skills, I made-up in youthful exuberance. Now that I have experience and some skills, I will readily admit that I have no clue. It’s true. My experience parenting is like the used children’s shoes in my basement: no matter how many I keep, I can never find a pair of the right size, at the right time, for the right season. Over the years, I have developed an expertise in each one of my children but here’s the catch: no matter how many children I had, they all came out as unique individuals. Never seen before and never to be repeated again. Isn’t human reproduction amazing that way? If 18 years of parenting has taught me anything, this is it: the lessons learned from raising this child are rarely applicable to raising that child. I still don’t know what I’m doing but I am more “zen” about it. Instead of seeing children as problems to solve, I see them as a puzzles to complete. I did not draw the picture, but with careful dedication I can help it come together.

When I think about my early years as a parent, it is often to eat back some pearl of wisdom with a generous serving of Humble Sauce. Gulp. Here are some of my gems.

“Children won’t draw on walls if they have access to paper.” Did you know that I spent the first 8 years of my life-with-children without a single drawing-on-walls incident? Then we sold a house and shortly before we moved my 3 year-old decorated a wall with black permanent marker. Now I have children who won’t draw on paper if they have access to a wall.

“I will never buy size 6 diapers.” Seems simple enough: if a child is big enough to wear size 6 diapers, he’s old enough to potty train. Right? Guess who just purchased a Costco-sized box of size 6 diapers for her nearly-3-year-old child? Take heart, all you parents of late potty-trainers for it turns out that potty-readiness is completely out of your hands. The good news is that accepting this simple fact will make potty-training a lot easier for everyone involved.

“I won’t let myself get fat.” When I was dating my now-husband, he came to visit me at my parents’ house on his motorcycle wearing his full-leather gear. I was in the pool at the time and we couldn’t resist the temptation to take a biker chick picture, him in his leather chaps, me in my bathing suit. I found out that I was pregnant shortly after and upon seeing the picture, my aunt – who had 4 children – said “Keep that picture because you’ll never look like this in a bathing suit ever again.” I declared that I would not let maternity ruin my body. Well guess what?? Maternity never asked my opinion. Maternity took my body and turned it upside down. It moved my organs around and re-shaped my pelvis to its liking. It not only packed-on pounds as it was growing 9 healthy humans, it refused to lose even one as it was busy feeding them. I ran and I dieted and I ran some more. I stretched and planked and even starved myself at some point. It never went down. I got sick, I de-calcified my teeth, but I never lost a single breastfeeding pound. Today, after my easiest pregnancy and a beautiful home birth, I am breastfeeding a 4 month-old and a 3 year-old and I weight as much as I did during my last week of twin pregnancy. I am 60 lbs heavier than I was on that infamous picture 18 years ago and my dress size has more than doubled, going from 6 to 14. I’m definitely bringing booty back. And boobs. And legs.

“If your child is old enough to ask for breast milk, he is too old to nurse.” Refer to previous paragraph about nursing a 3 year-old. She’s been old enough to ask for milk for almost 2 years. She can explain the difference between cow’s milk (milk in a cup) and breast milk (milk in the mouth). Heck, she can ask for milk in both official languages.

What about you? Did you know everything about parenting until you had kids? What pearls of wisdom are you eating back today? Share in the humble pie!

Why I don’t spank or “The day my daughter slayed me.”


Yesterday, I was advised to spank my children for getting out of bed after bedtime. I was venting about our bedtime routine, gone wild with the longer summer days and the end of napping for the twins. Our twins are 2-and-a-half and our daughter is 5. All three have a hard time stopping long enough to let sleep overcome them. After sharing with friends everything we had tried, one of them suggested spanking them if they got out of bed. I was taken aback, a little speechless, and blurted out: “They would have no idea why I’m hitting them.” I would have liked to be able to say: “I never spank my children.”

I used to spank but I don’t anymore. When my four older children were young, I believed that spanking was part of any parent’s discipline toolbox. I believed, as I had been told by other parents, that nothing cleared the air like a good swat on the bum. That spanking was the only way to ensure compliance in certain situations. That some defiant behaviours such as willful disobedience and lying should be nipped in the bud quickly and unequivocally through spanking. The books I read were reasonable. Nobody suggested spanking infants or school-aged children. Every author or speaker insisted that parents should never spank in anger. That the bum-swat should be applied swiftly and unemotionally to children who are too young to understand the gravity of their actions. All the while, spanking made my children angry or miserable, not compliant. And rather than be unemotional about it, I was racked by guilt and the impression that there had to be a better way to raise respectful and considerate children. The reality was that I always spanked in anger: when I wasn’t angry, I could always find more constructive and respectful ways to get what I needed from my children.

When my 5th child was born, I decided to stop spanking. I decided that if hitting my child was the only way to gain the upper hand, I deserved to lose that hand. I would drop an argument before resorting to spanking. You see, the problem with spanking or yelling or any anger-fuelled response is that it works. It works to blow-off steam; it works to obtain compliance from our children; it works to leave a lasting impression. The problem with spanking is not whether it works or not, but why it works so well. A toddler who resorts to hitting and biting understands how expedient physical punishment can be. And when I spanked my children, however rarely, I felt at the mental capacity of a toddler. There had to be a better way, for my children and for myself as I sought to become a better parent.

Why does spanking work? Is it merely the fear of pain that snaps our children back on the straight and narrow? Is the pain inflicted on your bum by a parent the same as the pain that is inflicted by a fall on the playground? Does spanking work on defiance just like a fat lip works on couch acrobatics? Or is there something about the pain inflicted by a parent that makes it more efficient? Any parent of a playground acrobat knows that pain is not always a deterrent. My two-year-old son was chasing a soccer ball in the driveway when the ball rolled under our van. Without thinking twice about his height in relation to the van’s clearance, he ducked under the van but hit the bumper then the pavement face first. He stood-up, shook himself up, and carried on the pursuit with a bad case of road rash. Without a single tear. Yet, the same day, when he was particularly defiant at bed time, I flicked his diaper area with one finger to hurry him along and the screams of pain were completely disproportionate to the “pain” I had inflicted. If pain was the only deterrent involved in spanking, toddlers who bite, hit and shove would be widely respected at home and on the playground. There is a singularity to parents hitting children that makes the pain more searing. We often justify spanking by saying that we do not really hurt our children. We know, even if we do not like to admit it, that spanking is not about the physical pain we inflict but about its emotional impact on our children. Spanking works. Not because it hurts but because the hurt comes from our hand.

When we hit our children, no matter how good the reason seems to be, we use the love and trust that bind us to our children against them. We play-up their natural fear of losing our love and affection and use it against them. Because let’s be honest here, what makes spanking so expedient is not the fear of physical pain but the fear of loss. And the loss feared is the most profound. Hitting our children, when it works in achieving compliance, is hitting at their core, not their bums. This breaks my heart when I think about it. In hindsight, I am glad that spanking never worked for us. I take comfort in the fact that it made my children angry rather than compliant. I am thankful that they were secure enough in my love to call my bluff.

Spanking works, but it works for the wrong reasons. It is also a behavior that is self-reinforcing because it yields immediate results while giving vent to our frustration. The positive feedback loop afforded by spanking when we are at our wits’ end quickly becomes hardwired. Even 10 years after I made the decision to stop spanking, I can still be heard threatening my children with a bum-whacking whenever I reach the end of my rope. I never follow through and they know that. But I hate that my mind still goes there more often than I like to admit. And my children, when looking after their younger siblings, can often be heard threatening them with a spanking if they don’t straighten-up. The urge to hit in frustration is a powerful one. Once our brain has tasted the relief, it is hard to give it up.

I still hit the wall. Often. It happens when my children are simply so defiant and disobedient that hitting seems to be the only way to get respect. It happens at bedtime when the children take 2 hours to fall asleep and I need a break. It happens when they run away from me in a busy parking lot. It happens when I am desperately trying to leave and my efforts are met with stubborn resistance. It happens when my children are disrespectful and mean to me and each other. It happened recently when the twins and my 5 year-old were playing in the bath tub. That was the day my daughter slayed me.

The children were in the bath tub, all 3 of them. I turned my back for 5 seconds to pick-up my crying infant and in that split second, they dumped the entire content of a large jug of expensive body wash in the bath tub. I didn’t realize it immediately until they started crying because the soap was hurting them. Yes, soap, in large quantity, will burn your skin. I was so mad! This was not the first time. Earlier, we had vacuumed the entire content of a sunscreen bottle carefully massaged into our carpet. For my children, if it can be dumped or smeared, it has no reason to stay in a container. This is an ongoing issue with my 3 youngest, one of whom is old enough to know better. My daughter was crying that the soap was hurting her private parts. I was mad at her for letting the twins dump a $15 soap bottle in the bath without even calling me. In exasperation I said: “I am so mad at you, I really feel like giving you a good spanking!” And she blurted out, in tears:

“No! Don’t hit my bum! My bum already hurts! I don’t need a spanking when my bum hurts like this, I NEED A HUG!!”

I felt like I had been struck by lightning. Even today, I can’t think about this episode without feeling a big lump in my throat. When our children push us to the limit, they are more likely in need of more care and affection than a sound ass-whippin’. My children resist bed time when I am too busy to take them to the park after dinner. My 8 year-old middle child is rude when I’ve been putting off our game of Uno once too many. My 5 year-old is defiant when she needs more thoughtful attention, not more spanking. As for my toddlers, their thirst for discovery, their curiosity and their unbridled energy are qualities than needs careful supervision until they can be channeled into useful accomplishments. I will no longer hit my children in response to my failures to parent in a thoughtful and intentional way.

Parenting will bring you to your knees. If it doesn’t, you are doing it wrong. But ultimately, the flaws of stubborn determination, independence and curiosity will blossom into their most successful qualities. Don’t spank it out of them.

DSC_0135

Frères et soeurs – Deuxième partie


Voici la deuxième partie de ma publication sur les frères et soeurs. Vous pouvez lire la première partie ici.

 

Les querelles et la rivalité entre certains enfants est inévitable. Les facteurs comme la personnalité, le tempérament et la différence d’âge contribuent aux frictions quotidiennes entre frères et sœurs qui marquent l’enfance. Bien que les batailles semblent épiques au jour-le-jour, elles n’évoluent pas nécessairement en guerres de cent-ans à moins que les parents y mettent du leurs.

 

En parlant avec des adultes qui ont des relations tendues avec leurs frères et sœurs, on peut voir certains thèmes apparaître, autant du côté des parents que de celui des enfants. La maladie mentale, surtout si elle est non-diagnostiquée, mal traitée ou sujette au tabou, peut faire des ravages dans les relations familiales, malgré les meilleurs efforts. Mais même dans les meilleures circonstances, certaines attitudes parentales peuvent faire tourner les relations familiales au vinaigre. Les quatre thèmes qui se dégagent de mes observations ne sont certainement pas les seuls mais ils portent à réflexion car ils sont à la fois évidents et faciles à oublier dans la turbine du jour-le-jour.

 

(1) Le favoritisme. Le favoritisme peut prendre plusieurs formes, qu’il soit intentionnel ou non. Nous sommes tous humains, avec nos préférences et nos petits irritants. Il arrive parfois que nous nous entendions mieux avec un enfant plutôt qu’un autre. Peut-être est-il comme nous et on le comprend mieux, ou au contraire, il représente une version non-polie de nous-même qui nous irrite. Les enfants plus faciles peuvent sembler être les préférés parce qu’ils n’attirent pas autant l’attention des parents et des professeurs, mais tous les enfants ont besoins d’un regard positif inconditionnel. Il nous appartient de poser ce regard positif inconditionnel sur tous nos enfants en dépit de nos préférences, peu importe ce qu’il nous en coûte.

 

(2) Les attentes déraisonnables. Les enfants qui sont placés dans un rôle qui leur demande une maturité et un jugement au-delà de leur capacité en garderont souvent les séquelles à l’âge adulte. Si le favoritisme tend à blesser les enfants sous-performants, les attentes déraisonnables blessent les enfants matures, ceux qui ont une tête sur les épaule, les doués, les enfants sages. Ce sont ceux à qui on demande de surveiller leurs frères et sœurs moins obéissants. Ceux à qui on demande des comptes sur le comportement d’un frère ou d’une sœur à l’école. Ceux à qui on demande de ne jamais avoir une mauvaise journée car leur frère ou leur sœur en demande déjà trop. Les enfants parfaits ont aussi besoin d’espace pour grandir et se développer. L’espace de faire des erreurs et l’espace d’être aimés dans leur imperfection.

 

(3) L’abdication. Notre rôle de parents consiste souvent à encourager les enfants à régler leurs différends, à trouver des solutions à leurs propres problèmes. En lorsque les querelles d’enfants abondent, il est souvent plus facile de laisser les enfants à leurs propres moyens plutôt que de s’en mêler. Et c’est souvent la meilleure approche. Sauf lorsque les problèmes sont toujours réglés de la même manière abusive par un enfant plus fort ou plus têtu. Il ne faut pas toujours laisser la raison du plus fort être la meilleure. S’il est vrai que les enfants doivent apprendre à régler leurs conflits interpersonnels, il est aussi vrai qu’ils doivent apprendre à les régler de manière juste et équitable. Il nous revient de montrer à nos enfants les principes de justice, d’équité et de sacrifice personnel qui leur permettront de régler leurs conflits de manière paisible et permanente. La famille est la toute première école de vie en communauté. Les attitudes qu’on y modèle prennent racine et pourront hanter vos enfants tout au long de leur parcours.

 

(4) L’ingratitude. Il arrive parfois que la vie nous donne un enfant plus difficile. Que ce soit dû à la maladie physique ou mentale, ou tout simplement à un tempérament difficile ou à une difficulté d’apprentissage, certains enfants nous forcent à puiser au plus profond de nos ressources de force et de patience. Il en résulte parfois que leurs frères et sœurs doivent prendre un rôle secondaire et céder la place à l’enfant aux besoins les plus criants. Les enfants sont capables de grandeur d’âme et de sacrifice et font souvent preuve d’une maturité inattendue lorsque les circonstances le demandent. Nous ne devons pas prendre ce sacrifice, cette grandeur d’âme et cette maturité pour acquis. Nos enfants ont besoin de savoir que leur sacrifice est reconu, que leur grandeur d’âme est appréciée. Ils ont besoin de se savoir aimés malgré la tourmente.

 

On ne peut pas toujours prévenir les blessures et les injustices. Je remarque chez mes enfants que certains ont un sens aigu de l’injustice qui pèse plus souvent qu’autrement en leur faveur. Il y aura toujours des mauvaises interprétations, des abus de langage, une mauvaise compréhension. Les parents aussi sont des êtres humains, voués à l’erreur. C’est en honorant l’individualité de chacun de nos enfants et en reconnaissant leur valeur au sein de la famille, que nous mettons toutes les chances de notre côté.

DSC_0483

La menace nombreuse


Il y a environ un mois, notre famille a fait l’objet d’une chronique dans notre journal local. Ce n’est pas la première fois que j’apparais avec ma petite bande sur les pages d’un journal : l’année dernière, j’avais participé à un article sur la décision de retourner au travail ou de rester à la maison pour le Globe & Mail.

Quand vous êtes mère de famille nombreuse et que vous vous pointez le nez dans les média, il faut vous attendre à ce que les trolls du réchauffement climatique soient au rendez-vous, peu importe le sujet de l’article. Nous serions un bien piètre exemple à suivre : si tout le monde faisait comme nous, l’impact environnemental serait désastreux. Peut-être en théorie, mais qu’en est-il de de la réalité?

Vous n’avez pas besoin d’être expert en démographie pour voir que les familles nombreuses ne sont pas à la source de la surpopulation de la planète. En assumant que vous acceptiez les arguments en faveur de la surpopulation. Car une lecture brève des titres à ce sujet démontre rapidement que les problèmes reliés au déclin démographique sont tout aussi pressants que ceux reliés à la surpopulation. Et que les problèmes d’allocation des ressources reliés à la surpopulation sont temporaires. Je m’explique. Une lecture rapide des statistiques sur les taux de natalité (nombre de naissances enregistrées au cours d’une année par 1000 habitants) et les taux de fertilité (nombre moyen d’enfants par femme au cours de leur vie, entre 15 et 50 ans) sont en déclin de par le monde. Bien que de nombreux pays sous-développés se trouvent encore au-dessus du taux de natalité qui assure le renouvèlement de leur population (2.1 enfants par femme), leur taux de natalité est en déclin. À la lecture des statistiques, il semble que l’augmentation de la population mondiale ne soit pas autant liée aux naissances trop nombreuses mais bien à l’augmentation de l’espérance de vie.  Autrement dit, nous n’avons pas soudainement commencé à nous reproduire comme des lapins, nous avons simplement arrêté de tomber comme des mouches. Le nombre de personnes âgées est à la hausse mais le nombre d’enfants est en déclin de par le monde.

Blâmer la surpopulation sur les familles nombreuses comme la nôtre ignore le fait que pour un pays comme le Canada, le taux de fertilité est bien en-dessous du taux de renouvèlement, malgré la poignée de familles nombreuses qu’on y retrouve. Pensez-y : le taux de fertilité de 1.1 enfant par femme inclue les femmes comme moi. Nous faisons donc une bien maigre différence. Au pire, nous rendons le déclin démographique un tout petit peu moins menaçant. Je rencontre parfois des petits comiques qui me disent : « Je suis bien content qu’il y ait des gens comme toi pour compenser pour les gens comme moi »… Sauf que nous ne faisons pas le poids : il y a encore trop de gens comme toi pour que les gens comme moi puissent compenser.

Certains me diront que le déclin de la population est souhaitable puisque notre bilan écologique est peu enviable. C’est vrai. Il est difficile de ne pas voir comment l’abus de ressources est néfaste pour l’environnement. Cependant, je vous dirais que  ce ne sont pas les gens qui tuent la planète mais les mentalités. Puisque les familles nombreuses ne sont pas assez nombreuses pour affecter le taux de natalité d’un pays, qu’est-ce qui vous fait penser qu’elles sont assez nombreuses pour détruire l’environnement? L’abus de ressources se produit en parallèle avec le déclin de la population. Le problème n’est pas seulement combien de personnes piétinent l’environnement, mais comment!

Notre famille vit  en banlieue d’Ottawa dans un quartier bien typique des banlieues aisées que l’on retrouve aux quatre coins du pays. Grosses maisons unifamiliales, 4 chambres à coucher, garage double. Deux voitures, ou plutôt une voiture et un véhicule de type utilitaire sport ou minivan. Notre maison est faite pour une famille de 4 ou 5 personnes. Autour de chez moi, dans des demeures similaires en taille et en fonction, il n’y a que des couples sans enfants ou avec 1 ou 2 enfants. Certaines familles sont jeunes et espère faire grandir leur famille mais la majorité sont plus âgés. Ils utilisent comme nous 3 000 pi. ca. de superficie, bâtie sur des terres autrefois agricoles, 2 véhicules, l’air climatisé et le chauffage alimenté à l’électricité produite par une centrale au charbon quelque part en Ontario. Il ne coûte pas plus cher de chauffer 3 000 pi. ca. pour une famille de 10 que pour une famille de 2. Sauf que la taille de ma famille et de mes factures font en sorte que par beau temps, on ouvre les fenêtres. La plupart de mes voisins allument la climatisation en mai et l’éteignent en octobre. Bien que ma pile de déchets soit plus grande que la leur, le camion se déplace autant pour eux que pour moi, et leur pile de déchets n’est pas le cinquième de la mienne, même si leur maisonnée l’est. Leurs 2 véhicules se déplacent remplis au quart, pas moins souvent que les miens remplis à craquer. Et alors que mes vacances de mars se passent à la maison, avec un petit voyage de 60 minutes à la pente de ski la plus proche, la moitié des copains d’école de mes enfants sont partis en avion vers une destination plus ensoleillée. Et vous me pointez du doigt?

Je vais vous dire ce qui détruit la planète. C’est l’égoïsme. C’est une culture de pouvoir qui nous pousse à prendre ce qui nous revient, que nous en ayons besoin ou non. C’est la recherche du « plus encore », pour ne pas dire du « trop ». Lorsqu’on se promène dans les anciens quartiers d’Ottawa et que l’on y voit des petits bungalows en brique de 2 ou 3 chambres à coucher, pas plus grands qu’un garage triple, on se rappelle d’une époque pas si lointaine où ces maisons étaient considérées d’une taille acceptable pour une famille… alors que les familles étaient plus grosses! Aujourd’hui, ma maison unifamiliale a deux chambres à coucher avec leurs propres salle-de-bains. Idéal pour l’ado unique qui préfère ne pas partager une toilette avec ses parents : vos enfants peuvent maintenant dormir, surfer et se doucher dans leur aile personnelle. Ils n’ont même plus besoin de sortir pour faire pipi. Il ne manque que la trappe à repas! Mais c’est moi, mon mari et mes enfants qui sont le problème?

De ma fenêtre de bureau à la maison, je regarde passer les autobus scolaires. À tous les jours, une maman bienveillante vient reconduire sa fille qui semble avoir environ 12 ans à l’arrêt d’autobus et revient l’y chercher à la fin de la journée en minivan. À Ottawa, un élève ne peut marcher plus de 500 m pour se rendre à son arrêt d’autobus. Si la distance entre son domicile et son point d’embarquement est de plus de 500 m, un nouveau point d’embarquement est créé. Tout au cours de cet hiver rigoureux, le plus froid qu’on ait connu depuis belle lurette, notre maman bienveillante est venue déposer sa fille à l’arrêt d’autobus. Sa fille ne portait jamais de tuque, de foulard ou de mitaines. Pas même une paire de bottes. On s’entend que dans un rayon de 500 m de ma fenêtre de bureau, il n’y a pas de logement à loyer modique. On ne parle pas d’un enfant mal habillé par nécessité mais bien d’un enfant qui ne peut pas marcher 500 m (sans doute moins) en hiver parce qu’il « fait trop froid ». Et il fait trop froid par choix. C’est ce genre de choix, fait à tous les jours, multipliés par quelque million d’entre nous, sur l’espace d’une vie, qui sont venu à bout de l’environnement. Pas une poignée de familles nombreuses.

Oui, on utilise trop d’électricité, on conduit trop souvent, on porte trop de vêtements, on amasse trop de cochonneries et on doit maintenant construire des espaces de rangements climatisés pour accueillir les choses dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Vous pensez que ce sont les familles comme la mienne qui rendent Dymon Storage si profitable? Non contents de tapisser nos terres agricoles d’asphalte, nous construisons des appartements de banlieue pour nos choses, que nous devons ensuite conduire en voiture d’un bout à l’autre de la ville. On en est arrivé là alors que la population continue de décroitre. Serait-il possible que vous cherchiez votre coupable au mauvais endroit?

Pour ma part, je vais continuer à avoir des enfants et à les élever de manière à ce qu’ils deviennent des citoyens responsables. Je ne sais pas si je vais réussir : les forces sociales qui poussent à la surconsommation et au nombrilisme sont puissantes! Mais je crois que j’ai une meilleure chance de réussir parce que la famille nombreuse est un incubateur pour les valeurs que je cherche à inculquer à mes enfants. Vous devriez être contents : ce sont eux qui vont payer vos serviettes d’incontinence et remplacer vos hanches pour les 40 prochaines années.

Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/
Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/

1-2-3 Magic. Is it really?


It’s been a quiet blogging season. The demands of early pregnancy (now in its 24th week), toddler twins and work have essentially squeezed writing time right out of my schedule. In my few writing moments, I struggle to find inspiration. The topics abound but my writing rings hollow. I have ideas that I struggle to put in order. I have half-started posts on a range of subjects, from teenagers to sleep training to sibling rivalry, with nothing to add. But a recent post in a Facebook parenting group had me reflecting and my reflection lead me to a few ideas I would like to share.

A parent asked for thoughts and opinions on the discipline book “I-2-3 Magic” by Thomas W. Phelan. It was all the rage when my older children (born between 1996 and 2002) were younger. Her questions led me to revisit the 1-2-3 Magic method of discipline and reflect on my own experience. Like most disciplinary methods, the 1-2-3 Magic approach to discipline is rooted in an equal mix of sound psychological information, half-baked assumptions and a one-size-fits-all solution. As with most parenting books, it is very difficult to accept it or discredit it on the whole.

**** As usual with all my discipline posts, this only applies to children who are mentally and physically healthy. Parents of children with special needs such as mental health issues, brain injuries or autism spectrum disorder, or parents who themselves struggle with these issues, may define successful discipline differently and achieve great success with methods that are otherwise problematic for “conventional” children. I am not an expert, just a mom with opinions. *****

The 1-2-3 Magic approach is based on the observation that parents talk too damn much. And this is true. Whether you are a screamer, a ranter, a lecturer or a cajoler, even if you engage in endless explaining in the hope that your child will understand the logic of your position and concede your victory, chances are your discipline involves way too much talking. Studies have repeatedly shown that children (and teenagers!) tune out after a very short period of talking. With the 1-2-3 Magic approach, you let a negative outcome, a time-out period, do the talking. A short explanation may be given, followed by a count to 3. If by 3 the behaviour has not stopped, the child is put in a time-out. The book’s subtitle “Effective Discipline for Children 2 to 12” infers that this method is appropriate for children older than 6. My educated opinion as a mother of almost 9 is that if you are still counting your child past Senior Kindergarten (5 years-old), you have a much bigger issue on your hands than day-to-day discipline. The fact that you may still count a 12 year-old illustrates my main concern with the method: it teaches the children to be compliant without allowing them to develop inner discipline and compliance born of trust in their parents’ lead. If you wonder why this matters, you will find out the hard way when you have teenagers.

My own experience with the 1-2-3 Magic Method (and its acolytes) is that it made my children manipulative and self-centered. When you put children in the driver’s seat of deciding whether they prefer complying or taking the time-out, you get children who become extraordinarily efficient at figuring out what is good for them in less than 3 seconds. I was discussing this with my husband while doing dishes the other evening and I said: “If you give children the choice between ‘stop hitting your brother’ and ‘go to your room’, some will choose the room 100% of the time, as long as they can shove one last time… and come out to hit again” and my 14 year-old chimed-in “That’s me!”  Her observation was only half-accurate: she never had an aggression problem but her explosive temperament means that her frustration is expressed impulsively without thinking about the consequences. Sending her to her room after the fact still allowed the release of anger in inadequate ways and the memory of previous time-outs was never motivation enough to check her angry outbursts at the door.

This example illustrates two of my main concerns with the method. First, this one-size-fits-all approach to behaviour modification doesn’t consider the importance of knowing your child’s individual temperament in finding effective discipline. Temperament, also known as our natural pattern of reactions, not only determines whether a discipline approach will be effective in modifying the behaviour but also in determining what will motivate our child to do the right thing. My second issue is that it doesn’t emphasize the importance of attachment in ensuring some compliance from our children or, at the very least, explain the absence of compliance, especially as the children grow-out of the preschool years and approach the challenging 6-10 years of age. As Gordon Neufeld so aptly writes it in his excellent book “Hold On to your Kids: Why Parents Need to Matter More than Peers”:

“When we focus so narrowly on what we should be doing, we become blind to our attachment relationship with our children and its inadequacies. Parenthood is above all a relationship, not a skill to be acquired. Attachment is not a behavior to be learned but a connection to be sought.”

The simplicity of methods like 1-2-3 Magic is what appeals to parents who have a tendency to loose themselves in explanations or rants. But the same simplicity can hide the appearance of attachment voids and the growth of attachment-related issues that are often harder to address during the teenage years, when our children are well beyond the reach of time-outs and punishments. For parents who are inclined to fall within what Dr. Phelan calls the Talk-Persuade-Argue-Yell-Hit Syndrome, 1-2-3 Magic can prevent the constant attacks on attachment caused by age-inappropriate verbal diarrhea. But what we need to remember most of all is that if you need to talk-persuade-argue-yell-hit (even if you only make it to argue and yell) every time you ask something, you are more likely dealing with a relationship problem rather than a behaviour problem.

As parents, we can’t help but notice when our grip on our children is slipping. We get caught in endless arguments, tantrums, and crisis. We are unable to ensure compliance, ever. Parents who rely on coercive methods of discipline, also known under the euphemisms of “consequences” and including time-outs and isolation, watch themselves get caught in a “consequence rut” or in a “last man standing” contest. I often recall a grocery store trip on December 23rd when two active little boys would not leave the candy display alone while their mother waited in line at the cash register. “At 3, if you haven’t stopped, we’re not going to Florida!” and I was dying to reply: “As if!!” But here is the utter powerlessness of a parent who cannot simply ask her boys not to play with the candies.

As with any relationship, the parent-child relationship needs to be nurtured and built-up. Often, our children’s misbehaviours are warning bells we better not ignore. The constant resort to time-outs can prevent us from listening to our child and improve our game. To be effective teachers, we need to first discipline ourselves. How many tantrums could be avoided if we simply provided our children with a calmer, more structured environment? How much aggression could be prevented if we simply took time to reconnect and empathize with an overwhelmed child? How many meltdowns could be nipped in the bud if we simply respected our child’s shyness and reluctance to embrace new situations? Those are all “discipline” problems that are within us as parents to solve, if we would only discipline ourselves and put order in our environment.  When we punish our children for responding in an age-appropriate manner to our own lack of structure and discipline, we effectively demand more maturity from our children than we are able to display ourselves.

Does it mean that we must put-up with anything?  What about strong-willed children? In the words of Gordon Neufeld (because I couldn’t write it better):

“We may believe that our child is stubborn or willful and that we have to break him of his defiant ways. Yet young children can hardly be said to have a will at all, if by that is meant a person’s capacity to know what he wants and to stick to that goal despite setbacks or distractions. “But my child is strong-willed,” many parents insist. “When he decides that he wants something he just keeps at it until I cannot say no, or until I get very angry.” What is really being described here is not will but a rigid, obsessive clinging to this or that desire. An obsession may resemble will in its persistence but has nothing in common with it. Its power comes from the unconscious and it rules the individual, whereas a person with true will is in command of his intentions. The child’s oppositionality is not an expression of will. What it denotes is the absence of will, which allows a person only to react, but not to act from a free and conscious process of choosing.”

As parents, we need to be able to demand compliance from our children. We may not always be able to connect and empathize with our children first, especially in dangerous situations. The work of building a strong relationship of trust, whereby a child will follow our lead most of the time, happens in the little moments between the meltdowns and the impulsive behaviour. Our power to discipline is not built through coercion as the meltdowns happen. In fact, the opposite is true: by the time we are locked in a power struggle or facing a temper tantrum, our power to teach is all but gone.  We need to think ahead and own-up to our share of responsibility in causing our children’s misbehaviours.

I often wonder how often my children would send me off to my room if they could…

Preventing meltdowns, one snuggle at a time. (photo by Jenna Sparks Photography http://jsparksphotography.zenfolio.com/)
Preventing meltdowns, one snuggle at a time. (photo by Jenna Sparks Photography http://jsparksphotography.zenfolio.com/)

Croire


J’ai récemment passé une merveilleuse soirée en compagnie d’une amie très chère. Nous avons passé une petite soirée aux bains nordiques, sans enfants. C’était un grand luxe : à nous deux, nous avons 7 enfants de moins de 7 ans. Il va sans dire que nos rencontres sont souvent sur un thème d’action accompagnée de bruit, joyeux ou autre.

C’était donc une grande joie d’aller la rejoindre pour quelques heures de conversation non-interrompue (à part pour la police du silence…. C’est sérieux la relaxation aux bains nordiques!)

Piscine panoramique

 Alors que nous admirions la vue de la toute nouvelle piscine panoramique, mon amie m’a posé des questions sur ma foi et sur ma perspective surnaturelle. Après notre conversation, j’étais un peu déçue de ne pas avoir été capable d’exprimer plus clairement ce que ma foi représente pour moi et comment elle m’aide au jour-le-jour. Pas parce que je voulais la convaincre ou la convertir, loin de là. Mais plutôt parce que je crois que lorsque quelqu’un pose des questions, c’est par désir de comprendre ou par soif de savoir. Et je trouvais que mes explications un peu mélangées n’allaient ni éclairer un désir de comprendre ni encourager une recherche spirituelle.

Le sujet est un peu trop vaste pour un blog mais une des questions plus particulières que mon amie m’a posée était au sujet de ce que ma foi m’apporte au jour-le-jour. Comment est-ce que la foi aide la mère de 8 enfants par une journée misérable? Quand tout le monde crie et que le mari est grognon. Quand on se sent sur le bord de craquer et que notre cerveau va bientôt court-circuiter. On est bien loin de la Messe du dimanche et des grâces de la Communion, pour les Catholiques comme moi.

Pas que la Messe m’apporte beaucoup de paix, le défi du dimanche est plutôt de recevoir la Communion sans avoir envie d’étrangler mes trois plus jeunes.  Bref. Je ne suis pas venue à la pratique religieuse par la tête mais bien par le cœur, ce qui me rend bien inutile lorsqu’il en vient à expliquer les choses mystérieuses. L’histoire de ma conversion (ou « réversion » car j’ai été baptisée et élevée dans une famille Catholique mais je n’étais plus pratiquante) est d’une simplicité un peu navrante : J’avais beaucoup de mal à composer avec ma nouvelle réalité de jeune maman, je manquais de force, de patience et de « jus ». J’allais au groupe de jeu où j’entendais les mamans se plaindre au sujet de leurs enfants, de leur emploi, de leur conjoint. Les ritournelles étaient toujours négatives, les défis de la vie étaient toujours insurmontables.  Leurs problèmes étaient toujours la faute des autres et leur solution la responsabilité d’autrui. Puis j’ai rencontré une maman (qui est maintenant une amie très proche) qui avait une attitude complètement différente. Je me suis tenue proche d’elle et j’ai découvert qu’elle était  Catholique pratiquante. Elle m’a invitée à venir à son Église un dimanche, ajoutant : « Ils ont une chorale qui va te faire bouger! » Et c’était le coup de foudre. J’allais me joindre à la chorale et découvrir les richesses de la foi Catholique à travers la musique. C’est pourquoi lorsqu’on me demande pourquoi je me suis tournée vers la religion, je réponds toujours : « C’était nul avant  . Depuis c’est mieux. »

« C’est mieux comment? » m’a demandé mon amie, entre deux saunas. Pour moi, la plus grande contribution de la foi à ma vie de tous les jours a été l’acceptation de ma fertilité comme d’une partie intégrale de mon corps et de mon corps comme d’un don, parfaitement conçu, parfaitement créé. J’avais passé plusieurs années à essayer sans succès différents moyens de contraception, de la pilule au stérilet. J’en avais souffert des effets secondaires qui me hantent encore. Après avoir retiré le stérilet, j’étais tombée enceinte de mon quatrième enfant, une surprise que j’ai prise du temps à accepter. J’ai essayé la méthode sympto-thermale mais mes cycles étaient difficiles à interpréter. J’étais en colère contre mon corps et contre ma fertilité. En sauçant l’orteil dans la grande mer Catholique, j’ai soudainement trouvé une communauté au sein de laquelle la fertilité était célébrée. Où avoir quatre enfants était normal et non un signe certain de folie. Où mes grossesses non-planifiées étaient accueillies avec joie et compréhension plutôt que consternation et inquiétude. On entend rarement parler de l’Église Catholique comme d’un exemple d’acceptation des femmes mais mon expérience était tout à fait le contraire : soudainement, mon refus de me soumettre aux abus de la contraception était une force, mon désir de traiter ma fertilité avec respect était la norme, ma communauté de foi m’a appris à célébrer mon corps et à planifier ma famille dans le respect de mon cycle menstruel plutôt que de le traiter comme une maladie à vaincre.

« C’est toi qui as formé mes reins, et qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je te loue d’avoir fait de moi une créature si merveilleuse; tes œuvres sont admirables, et mon âme se plaît à le reconnaître. » Psaume 139

Pour moi, c’était comme un tremblement de terre. Car d’accepter ma fertilité et ma famille comme un cadeau m’aide au jour le jour à voir les petits miracles de la vie quotidienne. Mes enfants sont arrivés à leur propre temps, la bonne personne au bon moment. Et je les regarde souvent en me demandant ce que serait ma vie si je ne les avais pas laissé venir. Ma croyance en Dieu me donne la capacité au jour le jour, à travers le chaos, le bruit et les frustrations, d’apprécier le miracle de ma famille, chaque personne, là où elle devait être, en cadeau.  De me préoccuper de ce qu’il y a de beau et de bon :

« Enfin, Frères, tout ce qu’il y a de vrai, de noble, de juste, de pur, d’aimable, d’honorable, tout ce qu’il peut y avoir de bon dans la vertu et la louange humaine, voilà ce qui doit vous préoccuper! » Épître de Paul au Philippiens 4 :8

Je crois qu’il y a un « plan » dont je ne peux pas voir toutes les parties. Comme un casse-tête dont je ne peux voir qu’un coin. La foi me permet de croire que qu’il y a une image merveilleuse dont ma vie quotidienne et ses irritations ne sont qu’un pixel. Travailler fort à devenir une meilleure personne, plus généreuse, plus persévérante, plus compréhensive, aimer mon mari, élever mes enfants intentionnellement afin qu’ils grandissent et deviennent des personnes intègres et heureuses qui sont un cadeau à leur communauté; tout s’inscrit dans une perspective surnaturelle dans laquelle nous sommes plus que la sommes de nos morceaux. Et ma communauté de foi, mon église, mes coreligionnaires, me supportent car nous voyageons tous dans la même direction, partageant défis, faillites et victoires. C’est ainsi que même les tragédies peuvent avoir un sens :

« Car nous savons qu’avec ceux qui l’aiment, Dieu collabore pour leur bien, avec ceux qu’il a appelé selon son dessein… » Épître de Paul aux Romain, 8 :28

La gratitude est la contribution la plus importante de la foi à ma vie de tous les jours. Elle me permet de vivre pleinement le moment présent et d’anticiper le futur avec confiance. Car je sais que peu importe ce que m’apporte la vie, il y aura toujours quelque chose pour lequel je pourrai rendre grâce.

DSC_9598

Des nouvelles des jumeaux: 16 mois et sevrage de nuit (oui, pour vrai!)


Les jumeaux ont maintenant 16 mois et je dois vous avouer que la deuxième année des jumeaux est presque plus intense que la première. C’est un rythme différent, une intensité différente. Quand on persévère à travers les premiers mois, on se dit que les choses vont devenir de plus en plus faciles. Les choses changent et les défis d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes que ceux d’hier. Mais deux bébés, c’est beaucoup de bébés!

Au cours des derniers mois, les bébés se sont mis à marcher. Le garçon vers 13 mois et la fille tout récemment à 16 mois. Ils ont percé plus de dents (quoiqu’ils n’en aient que 4 chacun) et ils ont commencé à parler. “Regarde!” “Papa” “Maman” “Neige”

Bébé fille e commencé à “faire ses nuits” (c’est-à-dire à dormir du coucher jusqu’au lever) vers 14 mois tandis que son frère a continué à se réveiller aux 2 heures comme un nouveau-né. Vers 15 mois, il a commencé à faire des siestes de 5 ou 6 heures pendant la journée et nous avons initié le sevrage de nuit afin de l’encourager gentiment et paisiblement à dormir plus longtemps la nuit. S’il allait dormir 6 heures, je voulais que ce soit entre minuit et 6 :00 plutôt qu’entre 8 :00 et 14 :00!

Le processus de sevrage de nuit ne s’est pas fait du jour au lendemain. La première étape du sevrage paisible – sans extinction des pleurs —  est d’apprendre au bébé à se rendormir sans allaiter. Une de mes critique de la méthode 5-10-15 est qu’elle ne respecte pas le fait que nous avons permis à notre enfant de développer une habitude enracinée dans un besoin primaire de succion et de réconfort sur plusieurs mois. Puis du jour au lendemain, c’est dort ou pleure mon coco, maman est fatiguée.

Pour tous mes bébés, s’endormir sans le sein a commencé naturellement vers 4 mois. Même lorsqu’ils se réveillent aux 45 minutes, ils retournent toujours au lit somnolent mais réveillés. C’est une nécessité imposée par la taille de notre famille, mais je peux vous dire que même les mamans qui ont des familles moins nombreuses trouvent que de devoir rendormir leur bambin au sein à tous les 45 minutes devient lourd après 12 mois!

Si votre bébé s’endort et se rendort au sein, peu importe son âge, la première étape du sevrage de nuit sera de l’habituer à s’endormir sans le sein. Si bébé refuse vigoureusement ce changement de routine, vous pouvez soit persévérer à le calmer au sein avant de le remettre au lit réveillé, soit substituer le sein pour un autre mode de réconfort. Notre bébé garçon aime les câlins et dans la mesure où maman n’est pas dans les parages, se laisse réconforter par un câlin sur l’épaule de papa.

Dans notre famille, les fêtes de Noël, les dents, puis la grippe ont étalé le sevrage sur un bon mois. Jusqu’au jour où le Monsieur a commencé à se réveiller aux 45 minutes pour boire. « Ce sont les dents! » me suis-je dit, jusqu’à ce que mon mari me fasse remarquer que « si c’était les dents, il serait de mauvaise humeur pendant la journée aussi. » Vrai. Il buvait toute la nuit et me faisait des siestes de 5 heures pendant la journée. Alors là….

Nous avons donc décidé d’entamer le sevrage de nuit en changeant Lucas de chambre afin que papa ait au moins une chance de pouvoir le recoucher. Puisque Lucas s’endormait déjà sans allaiter, nous sommes passés directement à la deuxième étape, qui est de ne pas allaiter du tout pendant la nuit. Nous avons d’abord choisi les 6 heures qui nous convenaient le mieux. Dans notre cas, 23 :00 à 5 :00. Si Lucas se réveillait entre 23 :00 et 5 :00, papa irait le bercer un peu puis le remettre au lit. Papa allait dormir dans la même chambre que Lucas : nous ne sommes pas passés de tout à rien, le but étant un sevrage progressif, paisible et respectueux. La première nuit, papa s’est levé plusieurs fois pour câliner bébé. Vers la fin de la nuit, il ne faisait que lui parler de son lit : Chhhhhh bébé, fait dodo, et bébé se rendormait. La deuxième nuit, Lucas a dormi de 18 :30 à 5 :00. Nous ne nous sommes pas endormis sur nos lauriers – manière de parler – puisque nous avons assez d’expérience pour savoir que les bébés accueillent parfois un changement de routine avec une certaine patience jusqu’à ce qu’ils réalisent que le changement est permanent. Puis ils s’y opposent.

Depuis, les nuits sont au beau fixe, c’est-à-dire que Lucas se réveille encore souvent mais papa réussi à le rassurer sans se lever de lit, en lui parlant. Nous allons maintenir cette routine et voir si Lucas cesse de se réveiller tout court. Mais il n’y a pas de presse.

Alors pour les parents fatigués, voici un résumé du sevrage de nuit progressif. Nous préférons cette méthode à l’extinction des pleurs (méthode 5-10-15) que nous trouvons émotivement épuisante et avec laquelle nous n’avons eu aucun succès avec nos autres enfants. Le sevrage de nuit peut se faire par maman et dans le lit familial… mais ce sera peut-être plus difficile de convaincre bébé! Pour nous, il était incontournable que maman ne soit pas dans les parages.

  1. Encourager bébé à se rendormir sans le sein. Vous pouvez continuer à allaiter à la demande et à pratiquer le co-dodo. Cependant, si votre but final est que bébé dorme dans son propre lit, vous pourriez commencer la transition à ce moment. Allaitez bébé au besoin pour le calmer et le préparer au sommeil mais couchez-le lorsqu’il est somnolent mais encore réveillé.
  2. Lorsque bébé peut se rendormir sans téter, vous pouvez passer à la deuxième étape. Lorsque vous avez allaité bébé une fois et que vous l’avez remis au lit, ne l’allaitez plus avant qu’il ait dormi, même s’il exprime sa frustration en pleurant. Vous êtes à ses côtés : il n’a pas peur, il n’est pas abandonné. Il est seulement un peu ennuyé que sa routine de choix change.
  3. Éventuellement, vous aurez établi une routine où bébé allaite puis se rendort seul. Il est temps d’arrêter d’allaiter. Vous continuerez à réconforter bébé mais sans l’allaiter. Encore une fois, il est possible que bébé se fâche. Encore une fois, vous n’abandonnez pas bébé. Nous sommes encore à cette étape. Lucas se réveille plusieurs fois et papa doit le réconforter et lui parlant doucement. Au début, il a pleuré un peu (5-10 minutes, avec papa). Maintenant, il se réveille encore fréquemment mais papa le rassure en lui parlant et il se rendort sans pleurer.
  4. La dernière étape est de laisser bébé se rendormir seul sans réconfort. Mais peut-être que cette étape n’arrivera jamais. Notre fille de 4 ans vient encore nous voir régulièrement la  nuit. Elle a même un petit matelas au pied de notre lit pour les nuits où elle se réveille trop fréquemment.

Et voilà!

J’ai peu de photos des jumeaux ensemble : ils bougent trop vite! Mais voici une petite tranche de vie visuelle pour ceux qui aiment bien :

December Mixed Nuts


It’s been one nutty month! January is coming and we will be making some important changes to our family routine to make it more manageable. Or, more accurately, to make it more manageable by happy, competent parents. Right now we are grouchy, unhealthy, harried and exhausted parents.

(1) One thing we are doing well by necessity is Advent. No, we haven’t figured out the Jesse Tree or even the Advent calendar. We don’t even have an Advent wreath this year! The twins are 15 months and I am more tired and overwhelmed on a year of sleep deprivation than I was after 3 months (fancy that!). What we have achieved through being too busy to worry is a very simple lead-up to Christmas. “What?” you ask, “Why a simple lead-up to Christmas?” Well, because we are Catholics and this is how it was meant to be. Here is a catchy little video that explains what Advent is about. My favorite part? “If you are sick of Christmas by December 25th, you didn’t do Advent correctly!” We must have done something right then!

(2) Two Christmas dance open house(s)…. My oldest daughter started teaching Irish dancing this year and I wasn’t able to attend her first open house as a teacher but I did attend her dance class. I don’t have digital pictures of her first Christmas open house, 10 years ago or I would post a “This was then, this is now” I am so, so proud of my children. No words can describe this feeling. Here’s a little reel for the season (or a hornpipe? I feel like I should know…)

http://youtu.be/5SHE7JfcapU

(3) Three … O Christmas Tree. My son told me this joke and because I’m a French speaker, it took me a while to “get” it: Why couldn’t the French man count to 10?” – “Because there’s a ‘tree’ in the way”… Ok, ok. We took an afternoon to go to our country acreage and chop down a piece of evergreen. The tree is too floppy to carry light garlands but it is unique. It’s ours.

First snowfall. Time to get a tree!
First snowfall. Time to get a tree!
On our way to find a tree
On our way to find a tree
This is part of the bluff where our house will be built.
This is part of the bluff where our house will be built.
Success!!
Success!!
Having fun in the sleigh
Having fun in the sleigh
Coming home!
Coming home
Eve is helping
Eve is helping

(4) Four days of intense batch cooking. I subscribed to Once a Month Mom, a meal planning tool that takes the thinking out of batch/freezer cooking. The “Once a Month” is for a “normal” family of four. For a family of 10, it’s an exhausting 4 day kitchen marathon. It would have been worth it except that our oven is broken and our landlord unresponsive. My freezers are full, FULL, and I’m still making supper from scratch almost every day. But the recipes from the Whole Food menu are delicious. I plan to write a full review post soon. In the mean time, here are my two middle daughters making tortillas from scratch. Adjusted for a family of 10, it starts with “Pour 27 cups of flour into a large bowl.”

Making tortilla from scratch with a big bowl!
Making tortilla from scratch with a big bowl!

(5) Five older children got a special treat this season. The Parliamentary Dining Room is a fine restaurant located on the 6th floor of the Centre Block of Parliament. It is accessible to Members of Parliament, Senators, and selected members of the Parliamentary Press Gallery. Once a year, it opens its doors to Parliament staff and their guests. This is the second time that my husband and I treat our older children to the Christmas buffet at the Parliamentary Dining Room. We leave the littles with my mother and we have some good civilized fun with our table-mannered children.

Some fine looking young people
Some fine looking young people
"So then I told Transport Canada 'Why don't we regulate more stringent car seat guidelines every year. It will prevent people from passing them on and recycling them' Our bottom line could use a boost... Get it? A boost!"
“So then I told Transport Canada ‘Why don’t we regulate more stringent car seat guidelines every year. It will prevent people from passing them on and recycling them’ Our bottom line could use a boost… Get it? A boost!”
Cheers!
Cheers!
Ladies
Ladies
Drama in the vintage wood-paneled elevator
Drama in the vintage wood-paneled elevator
The Rotunda in Centre Block: All decked-out!
The Rotunda in Centre Block: All decked-out!

DSC_0079

So That’s what we did this Advent season. What about you?

Beauty and the gargoyles
Beauty and the gargoyles